Le terreau : le garde-manger des plantes

Avec le printemps vous avez eu à rempoter de nombreuses plantes fleuries pour vos jardinières ou suspensions ou encore pour vos semis à la fin de l’hiver. Qu’ y a-t-il de commun à toutes ses opérations? Le terreau bien sûr, appelé également substrat de culture par les professionnels.

Pour l’été, il va falloir également penser à la fertilisation de vos plantes pour les nourrir durant toute la belle saison.

Ces deux domaines (avec également les désherbants) sont devenus le fer de lance de nombreux publicitaires, qui sous l’égide de grandes marques, vous bombardent de spots TV (mais pas seulement…) vantant les qualités de leurs produits.

Mais savez vous réellement ce que vous achetez? Voici quelques éléments de réponse…

Les fonctions du terreau

Les terreaux ont 3 fonctions ou plutôt 4 avec certaines gammes de produits :

  • Une fonction de support qui permet l’ancrage des racines qui assure le maintient de la plante;
  • Une fonction d’oxygénation des racines, ces dernières ayant besoin de respirer pour remplir leur tâche;
  • Une fonction d’alimentation hydrique qui regroupe la rétention de l’eau ainsi que sa diffusion jusqu’aux racines;
  • Une fonction d’alimentation minérale qui permet la nutrition de la plante pendant un temps donné.

C’est sur ces 2 derniers points que se joue la bataille marketing entre les différentes marques.

Composition des terreaux

Ils sont principalement constitués de matières organiques brutes  car extraites en l’état ( tourbes, fibre de coco,… ) ou compostées ( fibres de bois, écorces , fumiers,  déchets issus de stations de compostage…)

La tourbe est un produit chimiquement inerte car à l’état brut il n’apporte pas d’élément nutritif à la plante. Par contre elle améliore la structure du substrat en lui donnant de la légèreté et possède de grandes capacités pour retenir l’eau et les éléments minéraux. Attention à l’aspect écologique de l’utilisation de la tourbe plus d’infos dans le coin bio (ressources et biodiversité).

Pour aérer un peu plus le mélange les fabricants incorporent des écorces compostées ainsi que d’autres matières plus exotiques tel que les fibres de coco pour compenser l’aspect asphyxiant que peut avoir la tourbe.

Les fibres de bois participent également à la structure de l’ensemble.

La composition fait également état d’éléments minéraux:

  • Une proportion d’argile variable qui intervient dans l’alimentation hydrique des plantes;
  • Des engrais à libération lente du type Osmocote qui se libèrent progressivement au cours de la culture. On peut les distinguer facilement sous forme de petites billes jaunes-orangés.
  • On trouve également de la perlite qui se présente sous forme de petits grains blancs qui ont une texture de pierre ponce (ce sont des roches volcaniques transformées). Elle a une fonction d’aération et est très utilisée dans les substrats pro destinés au fleurissement aérien des villes.
  • On trouve également des additifs qui sont issus du fleurissement professionnel comme des mouillants qui permettent d’améliorer la réhumectation du terreau ( compense le défaut de la tourbe qui, une fois sèche, devient très difficile à réhumecter).

Bien que des études remettent en cause leur efficacité (je ne rentrerai pas dans les détails techniques), on peut trouver dans les mélanges des hydrogels ou hydro-rétenteurs qui permettent de retenir l’eau pour la redistribuer selon les besoins de la plante. A l’état brut ils se présentent sous forme de cristaux blancs (photo) qui une fois réhumectés peuvent stocker 600 fois leur poids en eau.

Exemple de composition d’un terreau pour suspension

Le rôle de la tourbe a été expliqué plus haut; ici il y a 2 types de tourbe: la blonde qui est fibreuse et la brune qui est le même produit qui a été extrait plus profondément dans la tourbière et qui est beaucoup moins fibreuse.

etiquette-composition-terreauLa chaux est du calcium sous forme de carbonate qui a une action chimique sur la cohésion du mélange (structure). Elle agit également sur le pH du mélange.

Le taux de matière sèche indique ici que 36% de la masse est constitué de la partie solide du mélange, le reste n’étant que de l’eau.

Le taux de matière organique indique que 60% de la masse constituée de la matière sèche est organique (33% minérale).

Le pH (potentiel Hydrogène pour info) indique l’acidité du mélange. La plupart des plantes s’accommode d’un pH situé entre 5,5 et 6.5. Toutefois il existe des plantes acidophiles et inversement. Un pH neutre est à une valeur de 7. Plus cette valeur baisse plus le mélange est acide et à contrario plus elle monte plus le mélange est alcalin.

La capacité de rétention indique que le terreau peut stocker 60% de son volume en eau.

Les engrais: Ici sont présents des engrais à libération rapide (indication NP et NPK) et d’un engrais retard (Osmocote) qui se libère en 5 à 6 mois (valeur approximative). En dessous sont indiquées les doses des différents éléments en g/m3.

Enfin un des additifs cité plus haut, ici un mouillant (AQUAMIX) incorporé sous forme liquide qui permet d’améliorer la réhumectation du substrat.

La fabrication d’un terreau pour des besoins spécifiques est très technique. Le mélange des différents éléments répond en quelque sorte à une grande recette de cuisine un peu compliquée dont les principales étapes doivent être respectées pour garantir un résultat conforme à la réglementation (norme NF) et au cahier des charges.

Bien choisir son terreau

Pour choisir votre terreau identifiez vos besoins (pour quel usage?) et regardez les étiquettes.
Évitez les terreaux universels car un substrat ne peut pas être bon en tout. Chaque catégorie de plantes quelles soient fleuries ou non ont des besoins spécifiques: il ne faut pas prendre un terreau pour géranium afin de réaliser des semis en terrine ou des boutures (même de géranium!).

Attention aux terreaux trop spécialisés notamment ceux sensés offrir plus que la gamme inférieure: ils ont parfois la même composition ( à peu de chose près…) mais sont vendus à des prix hors de propos au regard de leurs performances. Un conseil: prenez le temps de regarder les étiquettes (prix et composition)…

Pour un usage courant dans le cadre du fleurissement 4 types de terreau suffisent :

  • un spécial semis, idéal pour les semis de tomates
  • du terreau horticole (pour les plantes à feuillages et plantes sensibles à la salinité),
  • un spécial géranium (avec engrais retard et mouillant) avec également un quatrième pour les plantes acidophiles, la terre dite « de bruyère ».
  • Un terreau de rempotage pour transplanter vos boutures récentes

rempotage avec du terreau de rempotage

 

Prix et qualité

  • Il faut faire très attention au prix car la facture peut vite devenir salée.

Avec une multitude de conditionnement (de 5 à 70 litres) présent en magasin, il est préférable de ramener le prix au litre (parfois indiqué sur le lieu de vente au litre ou au kg) et comparer ensuite.
Un prix au litre de 0,20 euro est un bon compromis (soit environ entre 13 et 14 euros le sac de 70L). Un terreau à 3 ou 4 euros les 50L (voire moins…) est à éviter absolument car la qualité de ce type de substrat ne peut qu’être médiocre.

  • La qualité justement, comment la juger?

Il y a la qualité que vous apprécierez de façon directe en regardant la couleur (sombre ou noir), la granulométrie ( qui doit être fine exempt d’éléments grossiers comme du bois signe d’un mauvais compostage), sa souplesse (prenez un poignée et pressez là pour observer si sa consistance est élastique)

Ensuite il y a les qualités que l’on ne voit pas comme les qualités chimiques (stabilité du pH) ou encore son comportement une fois en pots (stabilité biologique et mécanique, réhumectation, drainage, remontée capillaire), sa qualité sanitaire ( absence de maladies, d’adventices, non phytotoxique).
Toutefois l’étiquette de composition peut donner des indices sur ces qualités cachées et le meilleur révélateur sera la santé de vos plantes à la fin de la saison.

Stockage

Si vous devez stocker un sac de terreau non-utilisé choisissez un endroit à l’abri du soleil et de l’humidité pour éviter tout risque de dessèchement ou de moisissure.
De plus si vous devez stocker un terreau contenant de l’engrais retard, pensez que celui-ci va se libérer dans le substrat en 5/6 mois (dossier fertilisation). Cela implique que lorsque vous le ressortirez au bout d’un an, il sera nécessaire d »en ajouter avant toute plantation.

1 réflexion au sujet de « Le terreau : le garde-manger des plantes »

Les commentaires sont fermés.