Les CIPAN ou engrais verts : pour fertilisation écolo

engrais vert-phacélie-

Pour fertiliser votre potager vous aviez l’habitude de vous procurer ces petits granulés d’engrais chimique : c’était pratique, plus facile et propre que de manipuler des brouettes de fumier. Mais concrètement  ces engrais n’apportent rien au sol car ils ne font que nourrir la plante. Or le sol de votre potager a besoin d’être nourrit tout comme vos plantes sinon il devient paresseux et par conséquent la production baisse.

Les engrais verts, appelés également « CIPAN » pour Culture Intermédiaire Piège à Nitrates, deviennent une solution de plus en plus crédible et même économique pour fertiliser le potager, comme les engrais naturels.

Principe de base de l’engrais vert

L’engrais vert est une culture temporaire de plante à croissance rapide destinée à être enfouie dans le sol pour améliorer celui-ci (amélioration de la structure, de l’activité biologique, des propriétés chimiques).

Il est mis en culture entre deux cultures de légumes en général entre la fin de l’été et le printemps suivant. Les plantes utilisées comme engrais vert doivent être des cultures « positives » c’est-à-dire qui apportent plus qu’elles ne prélèvent : besoins en eau et en éléments nutritifs réduits et faible sensibilité aux parasites et maladies. Elles sont très économiques grâce à des semences disponibles facilement en grandes quantités et très peu chères.

En raison de la mise en culture tardive (automne et hiver) des engrais verts ces derniers doivent pouvoir résister à des conditions de culture difficiles (gel, forte humidité,…). Cependant certains engrais verts à développement très rapide peuvent être semés au printemps.

Ils  doivent être fauchés avant la montée à graine afin de limiter tout risque d’envahissement ultérieur (les engrais verts sont alors considérés comme des adventices –mauvaises herbes- des cultures). Il est nécessaire de les laisser sécher quelques jours en surface avant enfouissement par bêchage.

Rôles de l’engrais vert

Protège  et stabilise les sols

L’hiver le sol est généralement laissé nu par l’absence de culture favorisant ainsi l’érosion par les intempéries (pluies, vent). Semé à la fin de l’été l’engrais vert stabilise le sol grâce à ces racines et le protège par son couvert végétal. Il peut être très utile en terrain pentus.

Limitation du désherbage manuel

Les engrais verts sont des plantes très vigoureuses exerçant une grande concurrence vis-à-vis des adventices et en limite donc leur croissance.

Prévention de la pollution et du lessivage des éléments minéraux

L’hiver, en l’absence de culture, les éléments minéraux sont emportés dans les profondeurs du sol (nappes phréatiques)  par les pluies. Cela pose un double problème : la pollution des nappes d’eau souterraines (notamment par les nitrates) et l’appauvrissement du sol. La présence d’un engrais vert permet de sauvegarder ces éléments minéraux dans les tissus vivants des végétaux pendant la mauvaise saison pour les rendre à nouveau disponible au printemps (après enfouissement de l’engrais vert). A noter que dans les sols déjà richement pourvus en azote, la plante choisie ne  devra être une fabacée (ex légumineuse). En effet ces dernières n’auraient aucun intérêt pour préserver l’azote du sol car elles fixent l’azote de l’air pour se nourrir.

Améliore la structure du sol

Grace à leur système racinaire très développé les cultures d’engrais vert contribuent à améliorer la structure des sols en fractionnant les gros agrégats et en les maintenant en place. Cela contribue également à décompacter le sol (aération et réchauffement plus rapide) et à améliorer le drainage.

Leur enfouissement apporte de la matière organique nécessaire à la constitution et au maintient du complexe argilo-humique qui est la brique essentielle de la structure d’un sol.

Favorise ponctuellement la biodiversité

Ce rôle fait débat mais les engrais verts serviraient de refuge et de réserve de nourriture pour les insectes auxiliaires. C’est l’aspect ponctuel  de ce type de culture (croissance rapide et fauchage qui l’est tout autant…) qui fait polémique.

Quel engrais vert pour quel usage

Trois familles de végétaux règnent sans partage (ou presque) sur la grande catégorie des engrais verts :

  • Les brassicacées (ex-crucifères) : moutarde blanche, colza fourrager,…
  • Les poacées (ex-graminées) : Ray-grass italien, Seigle,…
  • Les fabacées (ex-légumineuses) : vesce, trèfle, trèfle incarnat, trèfle violet, mélilot, luzerne,…

D’autres plantes ne faisant pas partie de ces familles présentent également de l’intérêt comme la phacélie ou le sarrasin.

  • Les fabacées présentent un intérêt particulier car elles ont la faculté de fixer l’azote de l’air pour le restituer au sol: idéal dans les sols affaiblis et pauvres.
  • Les brassicacées comme la moutarde blanche sont d’excellentes pompes à nitrates limitant ainsi les risques de lessivage dans les sols riches en azote (après un apport de fumier par exemple).
  • Les poacées sont idéales pour améliorer la structure du sol mais elles ont l’inconvénient de pousser lentement.

Tableau comparatif des différents engrais verts

Variétés période de semis Dose de semis (g/10m²) Caractéristiques

Moutarde blanche

Août/septembre 10-12 Avantages: croissance rapide, action anti-nématode (contre le nématode de la pomme de terre), facile à enfouir, étouffe les adventices, appréciée par les syrphes
Inconvénients: délai de 6 à 8 semaine pour remettre le terrain en culture, arrive très vite à maturité, à éviter si brassicacées dans la rotation (navet, radis,…), sensible à de nombreuses maladies et ravageurs.

Vesce

Août/septembre ou mars à mai 150 Enrichit le sol en azote, bonne couverture du sol, attire les coccinelles

Trèfle violet

Mars à septembre 20-30 Avantages: apport d’azote à la terre, s’adapte à tous type de sol, conseillé après une culture de brassicacées (crucifère), peut se tondre
Inconvénients: peut repousser après enfouissage, pousse mieux en association avec du ray grass, démarrage assez lent si le sol est froid, peut se faire envahir par des mauvaises herbes. Déconseillé en cas de terrain infesté par le mouron

Trèfle incarnat

Juillet à mi-août 20-30 Avantages: apport d’azote à la terre, s’adapte à tous type de sol, conseillé après une culture de brassicacées (crucifère), facile à enfouir
Inconvénients: démarrage lent, germination pas toujours très vigoureuse, peut facilement se faire envahir par des mauvaises herbes, déconseillé en cas de terrain infesté de mouron.

Mélilot

Mars à mai 20 Réservoir d’insectes auxiliaires

Phacélie

Mi juillet à mi-septembre 15 Avantages: action insecticide (nématodes), fixe les nitrates au niveau de la racine, étouffe vite les mauvaises herbes en particulier le chiendent, plante mellifère. Système racinaire dense et fin, améliore la structure du sol
Inconvénients: délai pour remettre le terrain en culture (6 semaines), arrive très vite à maturité, héberge de nombreux ravageurs, risque de repousse, supporte mal la chaleur et le froid

Sarrasin

Mars à juin 40-60 Plante nettoyante adapté aux sols pauvres et en mauvais état, améliore la structure du sol